Les relents nauséabonds qui envahissent depuis quelques jours ce qu’il reste de notre République m’ont incité à ressortir des archives un texte paru sur ce blog il y a pile un an.

Sale temps en vérité !